Une écologie surréaliste : le Lautréamont de Bachelard