Raphaël et la gravure. De Rome aux anciens Pays-Bas et à Liège

geremicca, antonio
2021-01-01

978-2-930930-01-5
Raphaël Sanzio était déjà devenu un héros légendaire quand la maladie l’emporta le 6 avril 1520, le jour de son 37e anniversaire. Suite à sa disparition inopinée, le mythe qu'il incarnait prit encore de l’ampleur, d’autant que ses œuvres continuaient d’exercer leur pouvoir de séduction sur les artistes et les amateurs d’art, non seulement en Italie mais aussi au Nord des Alpes. En effet, les créations de Raphaël faisaient parler d'elles bien au-delà des lieux où l'on pouvait les voir. Dans une large mesure, c'est l’estampe qui fut l’instrument de ce succès. Raphaël avait compris le bénéfice qu’il pouvait tirer des techniques d'impression de l'image qui avaient commencé à se répandre au siècle précédent. Il fut le premier peintre à orchestrer la diffusion de ses inventiones par le biais de la gravure. Ses disciples et collaborateurs contribuèrent grandement au rayonnement d’un style qu’ils savaient parfaitement imiter et dont l’estampe allait assurer la dissémination. Irriguant ainsi les principaux foyers de production artistique européens, le raphaélisme bouleversa les traditions figuratives locales. Il devint le catalyseur d’une véritable révolution visuelle. Ce fut particulièrement vrai dans les anciens Pays-Bas où, en 1516 déjà, l’arrivée de modèles conçus par Raphaël pour des tapisseries commandées au grand licier bruxellois Pieter van Aelst avaient fait sensation. L’inspiration italianisante trouva bientôt dans la florissante industrie de l’estampe anversoise un contexte particulièrement favorable à sa propagation, qui se traduisit notamment par l’essor d’une production artistique constellée d’échos raphaélesques. La Principauté de Liège ne fut pas en reste. Lambert Lombard compte parmi ceux qui concoururent le plus significativement à l’élaboration et au triomphe d’un nouveau langage figuratif profondément imprégné par la rhétorique de Raphaël et de ses émules. Cet volume est le premier d'une série d'études consacrées aux collections d'arts graphiques anciens du Fonds Wittert de l'Université de Liège.
Engraving, drawing, Italy, Low Countries, Liège, Raphael, school of Raphael
Incisione, disegno, Italia, Antichi Paesi Bassi, Liegi, Raffaello, scuola di Raffaello
Gravure, dessin, Italie, Anciens Pays-Bas, Liège, Raphaël, école de Raphël
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/20.500.11770/341585
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact