Benjamin Fondane et le gouffre de la parole