Ironie et narrativité. Figures de la cruauté dans “Le Coup de grâce” de Marguerite Yourcenar