La “parole vive” dans “Égée” de Lorand Gaspar