Les mots de l’étranger dans “L'Écriture ou la vie” de Jorge Semprun

NACCARATO, ANNAFRANCESCA
2018

L'œuvre de Jorge Semprun rassemble les morceaux épars d'une existence que traversent des événements tragiques et où se croisent des espaces géographiques, culturels et linguistiques divers. L'exil et la déportation, qui constituent les centres de son itinéraire d'homme et d'écrivain, marquent d'une empreinte spécifique son rapport au monde et à la vie. Dans "L'Écriture ou la vie", la possibilité de raconter n'est pas confiée exclusivement à la langue choisie comme instrument d'écriture: l'espagnol et l'allemand reviennent sans cesse au fil des pages, par des mots, des phrases ou des textes entiers. La présence, dans le roman, de ces trois langues - que nous avons définies, ailleurs, respectivement comme la langue du savoir (le français), la langue du cœur (l'espagnol) et la langue du pouvoir (l'allemand) - permet de véhiculer non seulement la parole d'un Autre appartenant à une dimension pour ainsi dire extérieure, mais aussi et surtout celle d'un Autre que l'auteur porte tragiquement en lui-même. "Je suis assez apatride", écrit-il, "donc schizophrène, donc sans racines. En fait, ma patrie n'est même pas la langue, comme pour la plupart des écrivains, mais le langage". Ce langage "métis" participe paradoxalement d'un mouvement de reconstruction identitaire qui finit par réunir en une seule voix les diverses instances d'un moi inéluctablement habité par l'étranger.
Langue, étrangeté, identité
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/20.500.11770/302547
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo

Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact